La prévention

Un conseil : N’attendez pas que ça fasse mal pour consulter. Il n'y a jamais de guérison ni d'arrêt spontané, et sans traitement, une carie évolue toujours plus profondément.

Avant toute chose, ne prenez jamais de risque avec votre santé dentaire. Elle est aussi importante que votre tension artérielle, votre cholestérol, votre consommation tabagique, ou votre activité physique. La santé est un tout, et tous les organes du corps interagissent entre eux. Un organe malade peut donc avoir une incidence sur un autre.

Ne jamais attendre que ça fasse mal est donc une règle d’or. Votre bouche est le miroir de votre santé.

Qu’est ce que la maintenance ?

La maintenance fait partie intégrante d’un traitement. Elle correspond à un entretien régulier et systématique tous les 4 à 6 mois, Ce temps n’est pas arbitraire, mais nécessaire aux bactéries pour tenter de récidiver.

Un facteur de risque important : le tabac

On a beau tout savoir sur les méfaits du tabac, c’est l’ennemi de notre santé. Il tue et détruit vos dents. Vous devriez vous souvenir que l’action du goudron, de la nicotine et des autres composants de la fumée de cigarette ont un fort retentissement sur le développement des bactéries, en diminuant les moyens de défense de notre organisme. Les fumeurs présentent un risque 6 à 7 fois plus grand de perdre leurs dents. Ils sont en effet prédisposés à développer de façon sévère une maladie parodontale, et les résultats des traitements sont nettement moins bons. Ne pas fumer, c’est l’objectif. Moins fumer ne suffit pas.

Chez les enfants :

Le rôle du fluor

Cet oligo-élément se lie à l’émail, et renforce la structure des dents. Son efficacité n’est plus à démontrer, car c’est un inhibiteur du métabolisme bactérien, et un modificateur de la structure de l’émail.

Le fluor existe à l'état de trace dans la plupart des aliments tels que les épinards, le poisson, le thé... On le trouve aussi dans quelques eaux minérales, dans l’eau du robinet, dans le sel de table fluoré, dans les dentifrices et les bains de bouche fluorés.

Il y a plusieurs indications selon l’âge :

Chez l'enfant de 0 à 2 ans, l’eau de préparation des biberons doit contenir moins de 0,5 mg/l de fluor. En l'absence d'autres sources d'apport en fluor, la prescription de fluor sous forme de gouttes ou de comprimés doit être systématique.

Les enfants de moins de 6 ans doivent utiliser des dentifrices de concentration inférieure ou égale à 45 mg de fluor/100 g. Les dentifrices dosés à plus de 150 mg de fluor/100 g peuvent être utilisés chez l'enfant de 6 à 12 ans.

Il faut savoir que chez la femme enceinte, l’apport de fluor pendant la grossesse n'apporte aucun bénéfice à l'enfant.

Alors, dans quel cas faut-il compenser ? En gros, des suppléments sont souvent indispensables si l’eau du robinet contient moins de 0,3 mg/l de fluor. On peut normalement trouver l'analyse de l’eau en mairie. Le risque le plus connu est le surdosage de fluor, qui entraîne des taches blanches sur les dents appelées fluorose. La fluorose est irréversible (l’émail n’a pas la propriété de se recomposer et de revenir à son état initial) mais ses symptômes peuvent être dissimulés grâce à des techniques de dentisterie esthétique.

Le scellement des sillons

Cette technique préventive est tout à fait indolore, et ne nécessite ni anesthésie, ni intervention longue. Elle peut être réalisée à partir de 6 ans, après l'apparition de la première molaire définitive, et à partir de 12 ans, après l'apparition des deuxièmes molaires définitives. A l’adolescence, le risque de caries est en effet particulièrement élevé, et dans 80 % des cas, ces caries se développent au niveau des sillons des molaires. Une couche de vernis est déposée sur les dents, et joue le rôle d’un bouclier protecteur. Le relief de ces dents est alors atténué, ce qui empêche le sucre et les bactéries de s’y accumuler. Le scellement des sillons est une mesure préventive indispensable.