Les greffes osseuses

Que faire si l’os n’est pas en quantité suffisante ?

S’il n’y a pas assez d’os, on peut aujourd’hui rendre la pose d’implant possible. Il faut pour cela déployer sa palette chirurgicale. S’il n’y a pas assez d’os, il va donc falloir en apporter. Quel progrès phénoménal ! Même si cette chirurgie est minutieuse et que la réussite n’est jamais de 100%, elle permet à de nombreux patients d’avoir des implants, là où il y a encore quelques années, on ne pouvait avoir qu’un dentier. Ces interventions sont sans danger quand elles sont effectuées par des mains expertes.

Deux types de greffes sont possibles :

  • la greffe d’apposition :
    L’os peut être prélevé dans la bouche pour le greffer à l’endroit où il n’y en a pas assez.
    Mais on peut parfois éviter le recours à un prélèvement osseux. Dans ce cas, l’os peut être obtenu d’une banque d’os (os prélevé sur des patients en bonne santé, puis stérilisé), ou bien des matériaux synthétiques peuvent être utilisés.
    L’intervention est réalisée sous anesthésie locale pour de petites greffes, ou sous anesthésie générale pour des greffons plus volumineux.
    Une courte hospitalisation de 24 à 36 heures est alors nécessaire. Puis, il faut laisser l’os se consolider pendant 4 à 6 mois avant la pose d’implant.
  • La greffe de sinus :
    Pourquoi greffer les sinus maxillaires ?
    Ce sont des cavités remplies d’air situés sous les joues.
    Les prémolaires et les molaires du haut ont souvent des racines qui pénètrent dans les sinus. Si ces dents sont extraites, bien souvent, la zone où l’on souhaite placer un implant ne possède pas un os suffisamment résistant.
    Pour pouvoir augmenter la quantité d’os, il faut ouvrir le sinus, et le combler partiellement avec de l’os, ou un matériau synthétique. C’est ce qu’on appelle un « comblement sinusien ». Là encore, on ne pourra prévoir la pose d’implant qu’après une période de 4 à 6 mois.